La société civile face aux enjeux de la sécurité humaine

A l’occasion d’un atelier sur le monitoring de la stabilité institutionnelle et la sécurité humaine qui s’est tenu du 6-8 juin à l’île de Gorée au Sénégal, une vingtaine de représentants de la société civile issus de neuf pays de l’Afrique de l’Ouest se sont réunis. Ce séminaire avait pour but de former des moniteurs aptes à collecter les informations nécessaires à l’analyse de la stabilité institutionnelle dans les pays suivants : le Sénégal, la République de Guinée, la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Togo, le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.
L’accessibilité des facilitateurs ainsi que l’humilité et l’engagement des participants favorisent un climat d’échange et de libre-parole qui permet de faire remonter des informations pertinentes et exclusives sur les différents pays représentés. On peut saluer ici la volonté d’impliquer les participants dans le processus, notamment en débattant sur la méthodologie à adopter afin de tendre vers une harmonisation dans la collecte des données.
L’accent est mis sur le perfectionnement du travail, qui avait déjà été effectué en 2013 et 2015 dans 6 des 9 pays représentés, à travers un retour d’expérience et une réflexion commune. En effet, cette troisième rencontre sur le sujet a permis l’identification de lacunes et de difficultés rencontrées précédemment. Ainsi, on s’inscrit dans une logique d’amélioration animée par la forte implication des participants qui s’efforcent ensemble de proposer des solutions adaptées.
Un plaidoyer fort a été fait afin de rééquilibrer le nombre de participants par État. En effet, des pays comme le Sénégal ou la Guinée sont très fortement représentés alors qu’un seul ivoirien n’est présent.
Par ailleurs, les débats sur la

stabilité institutionnelle et la sécurité humaine ont donné lieu à une réflexion plus profonde sur la nature même des organisations de société civile, le rôle qu’elles doivent jouer ainsi que les moyens nécessaires pour y parvenir. Il est intéressant de constater que les perceptions divergent à ce sujet.
Les participants ont exprimé leurs attentes par rapport à l’atelier et, la plus importante a été le souhait d’avoir une meilleure compréhension des concepts et d’être ainsi mieux outillés pour contribuer à la stabilité institutionnelle et à la sécurité humaine. Celles-ci semblent avoir été satisfaites. On espère que cette formation de qualité impactera positivement le travail des organisations de la société civile dans le relèvement des défis auxquels est confronté la sous-région.

Voir aussi : Atelier de formation sur le monitoring de la stabilité institutionnelle et la sécurité humaine en Afrique de l’ouest.

Tifenn I.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s